Carnets de route / Focus

Uchronie au Lieu Unique

Uchronie au Lieu Unique

Ça se passait à l’étage, là où parfois les expos sont accrochées. Il y avait du public, des jeunes, des moins jeunes et surtout pour une fois presque autant d’hommes que de femmes, des délégations officielles, l’Atalante venue en force, et puis les Utopiales et la médiathèque de Nantes, mais aussi beaucoup de chaises vides. Souvent, les gens râlent contre l’individualisme et la télévision, mais ne font pas grand chose pour sortir de chez eux. Enfin ce soir-là, mardi 10 mai, Roland C. Wagner et Norman Spinrad étaient invités au Lieu Unique. Avec l’arrivée de son nouveau directeur, Patrick Gyger, c’est sûr la “scène nationale” de Nantes va laisser une place privilégiée au mauvais genre qu’est la science-fiction. Petit résumé de ce qui s’est dit.

Pas de mot en anglais pour ça

Norman Spinrad, avec sa bonhommie et son sourire, a précisé que l’uchronie est un mot typiquement français, sans équivalent aux Etats-Unis. On y parle plutôt de mondes divergents. “L’uchronie, c’est super excitant”, a ajouté un Roland C. Wagner en grande forme. “Toute bonne science-fiction parle du présent.” Cet aspect-là semble important pour les deux auteurs qui essaient de faire réfléchir sur notre monde actuel (Norman Spinrad avec son romanOussama chez Fayard et Roland C. Wagner avec Rêves de Gloire qui vient de sortir chez l’Atalante).

Rêves de Gloire
Une question de point de vue

L’uchronie ne doit pas être “bonne” ou “mauvaise”, mais présenter une période qui met en relief notre époque. Au lecteur de se faire son opinion. Car, comme le fait remarquer Roland C. Wagner, Rêve de fer (roman de Norman Spinrad) c’est une utopie pour un nazi…

Autre constat partagé, (ces deux-là sont souvent d’accord) : la SF a du mal à imaginer un avenir meilleur. Il n’y a plus d’utopie. Les romans montrent un présent spéculatif et paranoïaque qui remplace une vision d’un futur meilleur. Qu’est devenu l’espoir ?

Au sujet d’Oussama, Spinrad explique qu’il y a toujours le risque que ce roman devienne une uchronie, car la mort de Ben Laden n’a rien changé. Il existe selon lui 50 % de probabilités qu’un mélange d’Al Qaida et de talibans prenne le pouvoir au Pakistan et se trouve donc à la tête d’un pays avec l’arme nucléaire. La même chose pourrait se produire en Arabie Saoudite, il y aurait donc une nouvelle puissance qui aurait l’arme atomique du Pakistan et l’argent de l’Arabie, ce qui formerait un nouveau califat.

Oussama
Le choc des civilisations… Bullshit !

Interrogé sur le “choc des civilisations”, c’est à dire la théorie de Huntington, Norman Spinrad détaille son opinion. Titillé par le public et le point de vue critique de Roland C. Wagner sur le sujet, il apporte un contrepoids à une interview un peu sensationnelle parue sur Rue89. Au Lieu Unique, Spinrad a le temps de développer, et les exemples historiques qu’il donne concernent l’Espagne et les Musulmans, les Grecs et les Perses, le catholicisme romain, la Chine en Afrique, le Japon qui veut la technologie américaine et rien d’autre mais adoptera quand même le base-ball en tout en exportant les sushis… C’est donc en termes de “premier contact”, d’échange, qu’il pense ce “choc”. Roland C. Wagner, lui, sera très clair, la théorie d’Huntington c’est “bullshit”. La cause de ce “choc” est dans la lutte pour les ressources : pétrole et eau.

Il vous reste à surveiller la sortie du prochain numéro de L’Indic, on ne sera pas sans recauser de ces deux-là !