Les lectures

L’île de Silicium de Chen Qiufan

L'île de Silicium de Chen Qiufan

Roman de SF matérialiste teinté de technologie futuriste, L’île de Silicium de Chen Qiufan ne laisse pas le mystique de côté. Quand l’électronique s’imbrique trop avec l’humain, cela met forcément le bazar dans la matière.

Dans une chine futuriste, trois Clans se partagent l’île de Silicium où sont traités les déchets du monde entier. L’arrivée d’un représentant d’une compagnie américaine proposant une nouvelle façon de traiter les déchets, et la découverte d’un artefact, vont faire bouger les lignes et briser un équilibre précaire. Les Déchettiers – le lumpen prolétariat de l’île – qui effectuent le tri dans des conditions de travail précaire, vont faire parler d’eux.

Il avait finalement compris que la source de la tragédie était un mur invisible, une barrière infranchissable qui séparait une même ethnie en deux, hiérarchisant les individus selon la valeur de leur vie.

Au centre du combat mené tout au long du roman, on trouve la question de l’humanité et de la machine, la question morale et technologique. “en substituant les liens claniques et la coopération au conflit, en plaçant l’harmonie du groupe au-dessus du désir sexuel individuel, et en instituant la morale au-dessus de la force. C’est pour ces raisons que l’humanité a pu poursuivre et prospérer en tant qu’espèce.” Quelle est la place de l’individu dans l’humanité ? Quelle est la place de l’individu et du groupe face aux machines et à la technologie qui les envahissent ?

La science fiction chinoise semble s’intéresser aux mêmes sujets que la SF occidentale. Si le côté politique n’est pas absent du livre ; le pouvoir central chinois est cependant lointain. L’île se trouve dans une zone où le réseau internet est de très mauvaise qualité. La lumière est dirigée sur l’organisation clanique de l’île, sur le sort du lumpen prolétariat et sur le rôle du représentant américain. Une thématique peu habituelle émerge cependant : les différents dialectes chinois, qui jouent un rôle dans cette histoire.

L’ambiance et la violence donnent une teinte de roman noir à L’île de Silicium de Chen Qiufan. Ce premier livre de science fiction presque hard science ouvre la collection Imaginaire de Rivages.

Emeric Cloche

Chen Qiufan, L’île de silicium, traduit du chinois par Gwennaël Gaffric pour Rivages Imaginaire, 2022, 416 p., 22 euros.

One thought on “L’île de Silicium de Chen Qiufan

Comments are closed.