Cinéma

Always Shine (Sophia Takal, 2016)

Always Shine (Sophie Takal, 2016)

Si les quelques effets flippants font leur effet (en partie grâce à la musique de Michael Montes), que la sensation de culpabilité et de hantise est assez bien rendue et que les décors sont beaux (il ne sont pas sans rappeler ceux de Play Misty For Me le premier film de Clint Eastwood) le thriller de la réalisatrice américaine Sophia Takal pêche par sa longueur et une histoire trop maigre. Le scénario est trop linéaire malgré les tentatives de hachage avec de brefs flashback et avancées dans le temps. Dommage, le sujet (l’affrontement de deux actrices aux caractères différents dans une maison de vacances de Big Sur) aurait pu être intéressant, mais une idée et un beau décor ne suffisent pas à faire un bon film.

Emeric Cloche