Carnets de route

Fleury, Bloody Fleury

Bloody Fleury


« Ils viennent de toute la région, il y a même des malades de Cherbourg ou de Rennes qui sont actuellement en séance de thérapie collective avec de nombreuses autres personnes de l’agglomération. » 

En ce début de Février aux allures de printemps la ville de Fleury sur Orne (Calvados, France) a dû faire face à son premier cas d’épidémie de polars. Les Docteurs se sont rendus sur site les 5, 6 et 7 Février. L’espace Nicolas Oresme, transformé en dispensaire, tentait de contenir le flot de malades avec l’aide de bibliothécaires, de bénévoles, de personnes de l’IME, du maire et de ses adjoints. Les librairies Eureka Street et BD R’Art ont failli être en rupture de stock ; les virus étaient particulièrement coriaces. Les Pictos, toujours vifs, ont pu photographier quelques cas parmi les plus graves pour les archives de l’école de médecine.

Les séances de thérapie collective autour du rôle social du roman policier, des romans jeunesse, du cinéma, de la bande dessinée, des passerelles entre fiction et réalité où encore du polar historique ont réuni de nombreuses personnes et ont permis d’endiguer, un temps, le flot de malades.

Bloody Fleury
Aurélien Masson (Série Noire), Caroline de Benedetti (Fondu Au Noir) et Benoît Minville

À la question : « arrivez-vous à soigner les gens ? » nous répondons : « non ». Nous sommes surtout là pour les soulager. Des cas comme ceux que nous avons vus ici à Bloody Fleury sont bien heureusement incurables.

Bloody Fleury
Séverine Vidal, Sophie Peugnez (Zonelivre) et Dominique Forma

Dans la tourmente de ces quelques jours qui passèrent aussi vite qu’un suppositoire, la Cave des Tontons a permis à l’équipe de survivre et déjà, nous reprenons la route. Derrière nous, la tempête arrive sur les côtes de Normandie. Nulle doute que Fleury-sur-Orne va devenir l’un des haut lieux du Polar.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *