Actualité / Cinéma

The Night of, Steven Zaillian, HBO

The Night of Turturo

HBO programme depuis juillet une nouvelle série qui, l’air de rien, captive en douceur. L’air de rien, parce que les grands yeux du jeune suspect lui donnent l’air bien trop innocent, l’air de rien, parce que l’avocat (John Turturro) avec son grand imper évoque bien sûr Colombo, l’air de rien parce que l’affaire criminelle a tout de la banalité. Et puis, à la réalisation, les couleurs et les cadrages n’ont eux pas l’air de rien. Chaque plan fixe se lit comme une photo ultra travaillée, parfois trop. En quatre épisodes, peu de rebondissements, mais tout ne se passe pas comme on pourrait s’y attendre. Si le point de vue se situe plutôt du côté de l’avocat aux pieds malades, le jeune Nazir, Box le flic « ogre subtil », et l’avocate faire valoir, ont une importance quasi aussi grande. Le potentiel d’interactions et de retournements se sent. Côté décor, la série mélange à la fois le commissariat côté flics, le tribunal, et la prison. Et aucun de ces lieux ne ressemble vraiment à ce qu’on a déjà pu voir. Chez les acteurs, des visages connus reviennent, comme Michael K. Williams (Omar dans The Wire), et des tronches surprennent (Jeannie Berlin dans le rôle de la procureur). Il plane donc sur The Night of quelque chose d’à la fois familier, et différent. Il faudra attendre la fin des huit épisodes pour savoir où vont nous mener Steven Zaillian et Richard Price avec cette histoire, adaptée de la série britannique Criminal Justice.

Caroline de Benedetti

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *