Carnets de route

Toulouse, pandémie sur la ville

Les Docteurs Polars à TPS
Les Docteurs Polar à TPS (Photo : CdB)

Depuis quelque temps les signes avant-coureurs étaient là : dans les librairies, les médiathèques, les établissements scolaires, au cinéma… polar par-ci, polar par-là. Appelés en urgence les 9, 10 & 11 Octobre au forum de la Renaissance à Basso Cambo (Toulouse) alors qu’ils travaillaient sur un nouveau médicament les Docteurs Polar n’ont pu que constater l’ampleur de la pandémie.

Les malades affluent par centaines, certains déjà lourdement atteints ; heureusement nous avons pas mal de médicaments venus du monde entier sur place” nous confie Geoffroy “mais il a parfois fallu prescrire du lourd, du très très lourd“, ajoute Emeric “les effets secondaires sont à prendre en compte dans ces cas-là” expliquent-ils en coeur avant de se diriger vers une dame qui visiblement souffre des symptômes de la pandémie de polar : elle a déjà  dans ses mains trois livres et tend les mains vers un quatrième. Nos vaillants docteurs se placent de part et d’autre de la patiente, l’écoutent et prescrivent, en urgence, les médicaments appropriés. “À ce stade, les Docteurs ne peuvent que soulager“, précise Caroline qui s’occupe d’encadrer les opérations médicales.

Les Docteurs Polars à TPS (2)
Les Docteurs Polar à TPS (Photo : CdB)
Entre les thérapies de groupe autour du Nature Writing, du mal, de la crise, la politique, le passé, la ville, les limites du genre, la musique de film, les parloirs ; les remises de prix pour les meilleurs médicaments ; la présence de la police scientifique et le Rallye enquête ; l’émission de radio Pas plus haut que le bord enregistrée en live au plus fort de la crise, les patients ont été choyés. “Nul doute, ils reviendront. Mieux, ils connaissent toujours d’autres malades et ils passeront le mot…” nous confie Geof, “Octobre, dès les premiers symptômes, il faut se connecter àToulouse Polars du Sud, le plus dangereux c’est de rester isolé, à TPS vous avez toute une équipe fabuleuse pour vous aider” dit Emeric.

Plus tard nous apprendrons que les Docteurs Polar ont concocté plus d’une soixantaine de prescriptions polardeuses et qu’ils ont un slogan “travaillez moins pour lire plus“.

Toulouse, festival